Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCSI : un autre regard
  • PCSI : un autre regard
  • : Aborder les domaines de la physique enseignés en Math Sup. Donner sa place à des promenades littéraires. Rêver et sourire aussi (parfois même avant tout), parce que c'est tout bonnement bon et nécessaire :-)
  • Contact

Bertran de Born

Archives

4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 17:24
Alors qu'une nouvelle année commence, gardons la bonne habitude d'écouter ce qu'Alain pouvait dire sur le sujet :

Astronomiquement, il vaudrait mieux placer le commencement de l’année à l’équinoxe du printemps. C’est le moment où le soleil, remontant de jour en jour, passe par sa hauteur moyenne au-dessus de l’horizon, et décrit à peu près l’équateur dans le ciel, depuis son lever jusqu’à son coucher. Ce moment est très facile à observer avec précision parce que le soleil s’élève franchement d’un jour à l’autre. Et si vous avez dans votre jardin une sphère armillaire, dont l’axe s’incline vers la polaire, et dans laquelle un cercle de bronze incliné du midi au nord représente l’équateur, le jour de l’équinoxe sera le jour où le soleil n’éclaire par le bord intérieur de ce cercle. Au contraire, dans les solstices, le soleil se tient quelques jours comme immobile ; au solstice d’hiver, ainsi qu’on a vu ces temps-ci, il se traîne au-dessus de l’horizon méridional comme s’il ne se décidait pas à remonter ; aussi voyons-nous que Noël est un peu après le solstice, et notre premier janvier encore une semaine plus tard, quand il est clair que le soleil remonte. Cette aurore de l’année est moins nettement marquée que l’aurore du jour.


sphere-armillaireSphère Armillaire


Les peuples devaient néanmoins préférer le premier janvier du solstice d’hiver à l’équinoxe du printemps, qui est comme le premier janvier des astronomes. Car c’est au solstice d’hiver que réellement nous sommes invités par le soleil à recommencer une nouvelle suite de travaux. Janvier, c’est le retour de la lumière et l’annonce du printemps. Les jours ont une clarté matinale ; les arbres dénudés font des ombres nettes. Ce n’est plus le temps de regretter les ombrages en regardant tomber les feuilles de l’an passé. Chaque jour est meilleur que le jour qui précède ; c’est le temps d’espérer.

Comme janvier est un commencement, au rebours décembre est réellement une fin et un soir. Les débris de l’année couvrent la terre ; la pensée revient sur ce qui fut fait ; c’est le temps du recueillement et du souvenir. Aussi voyons-nous que la fête des morts s’est posée par là, au commencement des journées crépusculaires. Au soir, la pensée revient sur les travaux du jour ; la fatigue, sensible dans tous les membres, témoigne de tous les mouvements que l’on a faits, et en quelque façon les conserve.


snoopy

Au contraire le sommeil, en nous reposant et nettoyant, nous rend oublieux et neufs ; cette jeunesse est celle de l’aurore. De même l’année qui finit, par ses feuillages fanés, réveille les pensées estivales ; le passé est écrit partout. En ces temps est née la formule homérique : « Les générations des hommes sont comme les feuilles des arbres. » L’automne est pensif. L’hiver est piquant, actif, et jeune comme le matin ; c’est la première des saisons et non la dernière ; sur quoi l’imagination se laisse tromper, et le corps ferait marmotte au coin du feu. Mais la pensée en vigie nous réveille avant le jour, par les souhaits et les fanfares.

Alain, "Le premier janvier",
dans Les Vigiles de l'Esprit (1942, p. 70-71)
= Propos 303, dans Propos, t. II, p. 454-455.



Une nouvelle année commence,
à tous, je souhaite persévérance et courage,
un coeur rempli de joie et la pensée en vigie
:-))


Partager cet article

Repost 0
Published by Qadri Jean-Philippe - dans Science et pensée
commenter cet article

commentaires