Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCSI : un autre regard
  • PCSI : un autre regard
  • : Aborder les domaines de la physique enseignés en Math Sup. Donner sa place à des promenades littéraires. Rêver et sourire aussi (parfois même avant tout), parce que c'est tout bonnement bon et nécessaire :-)
  • Contact

Bertran de Born

Archives

12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 08:25
Pour ouvrir la semaine, en ce jour où vous avez cours de Fançais/Philosophie, un poème de Sully Prudhomme (1839-1907) qui fait le lien entre le thème des Enigmes du moi et celui de l'Interaction newtonienne que nous allons bientôt approfondir en cours de Physique. Bonne journée à tous !

Newton, voyant tomber la pomme,
Conçut la matière et ses lois :
Oh ! surgira-t-il une fois
Un Newton pour l'âme de l'homme ?


Comme il est dans l'infini bleu
Un centre où les poids se suspendent
,
Ainsi toutes les âmes tendent
A leur centre unique, à leur Dieu.

Et comme les sphères de flammes
Tournent en s'appelant toujours,
Ainsi d'harmonieux amours
Font graviter toutes les âmes.


Mais le baiser n'est pas permis
Aux sphères à jamais lancées ;

Les lèvres, les regards amis
Joignent les âmes fiancées !

Qui sondera cet univers
Et l'attrait puissant qui le mène ?
Viens, ô Newton de l'âme humaine,
Et tous les cieux seront ouverts !


Sully Prudhomme, « Le Monde des âmes »
dans Stances et Poèmes

VanGogh-NuitEtoileeSurLeRhone-1889Vincent Van Gogh, Nuit étoilée sur le Rhone (1889)

Dans ce poème, Prudhomme fait référence aux vers célèbres que Voltaire adressait à la marquise du Châtelet (une femme qui détonait avec son époque par son intérêt pour les sciences et son investissement dans la diffusion de la théorie de Newton) :
(...)
L’espace, qui de Dieu contient l’immensité,
voit rouler dans son sein l’univers limité,
cet univers si vaste à notre faible vue,
et qui n’est qu’un atome, un point dans l’étendue.
Dieu parle, et le chaos se dissipe à sa voix :
vers un centre commun tout gravite à la fois.
Ce ressort si puissant, l’âme de la nature,
était enseveli dans une nuit obscure ;
le compas de Newton, mesurant l'univers,
lève enfin ce grand voile, et les cieux sont ouverts.

(...)

Voltaire, Epître 51
à madame la marquise du Châtelet,
sur la philosophie de Newton (1736)

NGC3982_HubbleGalaxie spirale NGC 3982 (Hubble)


Partager cet article

Repost 0
Published by Qadri Jean-Philippe - dans Enigmes du Moi (2008-2010)
commenter cet article

commentaires