Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCSI : un autre regard
  • PCSI : un autre regard
  • : Aborder les domaines de la physique enseignés en Math Sup. Donner sa place à des promenades littéraires. Rêver et sourire aussi (parfois même avant tout), parce que c'est tout bonnement bon et nécessaire :-)
  • Contact

Bertran de Born

Archives

14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 11:00
Un billet pour ceux qui se poseraient encore les questions (et c'est bien de se poser des questions !) :
Un coefficient de frottement... qu'est-ce que c'est ?
Les lois de Coulomb sur les frottements, à quoi ça sert ?

Un billet enfin pour que la physique ait une réalité plus forte qu'une lointaine matière théorique, afin que la réalité ne soit pas tristement rattrapée par les lois physiques...

Lors de mon retour cet après-midi d'Angoulème, après avoir croisé quelques voitures pressées, après avoir été tenté moi-même de trop accélérer entre les différentes agglomérations, je me souvenais du dernier spot de la Sécurité routière sur les excès de vitesse en ville qui a été diffusé entre fin octobre et début novembre.

Ce spot m'avait doublement marqué, premièrement parce qu'il vous remue et vous force à vous remettre en question en vous rappelant qu'une voiture est un engin capable de donner très rapidement la mort, ensuite (déformation intellectuelle oblige) parce que la vérité qui est rappelée dans ce spot correspond à une conclusion fondée sur l'étude d'un phénomène mécanique que nous étions en train d'étudier en classe, celui des frottements solide/solide (cf. feuilles d'exercices correspondantes).

Voici le spot pour ceux qui ne l'auraient pas vu (attention, âmes sensibles s'abstenir) :




Ce spot résume un paragraphe du dossier de presse diffusé par la Sécurité Routière lors de la semaine de la sécurité routière (11 octobre 2006) :

 « La réglementation de cette limitation de vitesse maximale en agglomération n'est pas fixée arbitrairement : elle est établie en fonction des limites physiologiques humaines (perception visuelle, temps de réaction incompressible d'au moins une seconde, résistance aux chocs, etc.) et de lois physiques fondées sur le rapport distance/vitesse/temps. 50 km/h est une limitation qui a pour objectif de réduire les risques encourus par les piétons notamment.

À 50 km/h sur chaussée sèche, la distance d'arrêt, c'est-à-dire la distance parcourue pendant le temps de réaction et la distance de freinage, est de 28 mètres ; elle atteint 36 mètres pour une vitesse de 60 km/h, soit 8 mètres de plus pour s'arrêter. (...).

Cette distance supérieure de 8 mètres peut tuer en agglomération. 50 km/h est donc la vitesse maximum adaptée pour garantir la sécurité des usagers et faire face aux dangers de la circulation en agglomération.

Le saviez-vous ? Rouler vite ne fait pas gagner du temps
La traversée d'un village sur 1 500 mètres à 70 km/h au lieu de 50 km/h ne réduit le temps de traversée que de 30 secondes. Un conducteur qui traverse dix villages de ce type sur un parcours de 100 kilomètres va " gagner " 5 minutes sur un trajet de 1 h 15. »
.

Q :
Retrouver l'ordre de grandeur de la distance parcourue à 60km/h connaissant celle parcourue à 50km/h en appliquant la méthode de l'exercice EXM3-12, 1°).
Proposer une justification de l'écart entre la valeur que vous trouvez et celle donnée par l'énoncé.



Partager cet article

Repost 0
Published by Q. - dans Mécanique
commenter cet article

commentaires