Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCSI : un autre regard
  • PCSI : un autre regard
  • : Aborder les domaines de la physique enseignés en Math Sup. Donner sa place à des promenades littéraires. Rêver et sourire aussi (parfois même avant tout), parce que c'est tout bonnement bon et nécessaire :-)
  • Contact

Bertran de Born

Archives

19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 17:47


« Je lisais hier les Méditations d’un socialiste qui annonçait quelque empereur, ou quelques consuls, ou quelques triumvirs, enfin un changement de régime, par faillite du système parlementaire. Le microbe Boulangiste(1) travaille dans cette tête. Et cette instabilité d’esprit n’est pas rare chez ceux qui vivent à la surface de la nation et à la surface d’eux-mêmes. Je les compare à ceux qui croient volontiers que la découverte du radium(2) a jeté toute la physique par terre. Ce sont des caractères du genre Polémique, qui ne s’instruisent que par négation et destruction ; et la marche propre de leur réflexion, c’est la réfutation d’eux-mêmes. Il y a un peu trop d’humeur dans leurs opinions ; un peu comme dans ces mariages de princesses et d’artistes, bientôt suivis du divorce. (…)

Un des éléments de la culture réelle, certainement trop négligé dans ce temps où tous savent tant de choses, c’est la connaissances des passions. On croit naïvement que l’esprit de chacun est comme une boussole qui s’oriente naturellement vers les idées vraies ; mais, en réalité, nous ne sommes pas dans une situation aussi favorable. Vous connaissez la fable d’un animal dans la Lune ; il était dans la lunette ; et il faut dire que nos lunettes naturelles sont pleines de mouches.

Aussi le jugement naturel, sans réflexion et sans critique, nous conduit naturellement à l’erreur. Et cette proposition elle-même, si elle tombe sous les yeux d’un homme aigri, et toujours emporté par son premier mouvement, lui fera dire : « Tout est contesté et contestable ; ma raison ne règle pas seulement mes pensées, comment réglerait-elle la vie commune ? » Et ce n’est encore qu’un mouvement d’humeur.

Il faut de la patience pour ajuster une montre ; mais que serait-ce si les rouages de la montre avaient de l’impatience aussi ? C’est le cas pour nos pensées. Il y a une pensée convulsive, tendue, trépidante, sibylline, qui vaticine pour elle-même sur le trépied et dans les fumées. Éloquente, touchante, convaincante. Ce n’est pourtant pas dans cet état que l’on ferait une addition correcte.[41] C’est alors que le Sage reconnaît le tumulte du corps, et se donne un petit travail de patience, presque sans pensée, comme d’ajuster ou de jardiner, comptant pour rien ces oracles intérieurs, attendant au contraire quelque courant de pensée lent, calme et régulier où il puisse discerner ses propres opinions. Bacon disait que pour saisir le vrai il faut la ruse et l’immobilité du chasseur à l’affût. Mais c’est trop peu dire ; car, dans la chasse aux opinions, le moindre mouvement vif anime toute la forêt. La danse sacrée fait les visionnaires. Toute émotion est prophétesse. Il faut effacer à mesure ces opinions violentes qui sont des ripostes, et tous ces discours à poings fermés. Ce n’est pas quand la cheminée fume qu’un mari peut juger sa femme. »

Alain, Les Propos d'un Normand de 1914,
propos n°2873, 1er février 1914, p. 41-42.

(1)
Le boulangisme (1886-1889) : flambée d'agitation antiparlementaire et nationaliste, violente mais brève, en faveur du général Boulanger, le "général Revanche", qui eût voulu instaurer en France une République autoritaire, de type consulaire et plébiscitaire.

(2)

C'est «le 26 décembre 1898, presque trois ans, jour pour jours après la découverte [des rayons X par] Röntgen, [et quelque mois après la découverte du polonium, qu']un autre élément nouveau est découvert. Ses propriétés chimiques s'apparentent (...) à celle du baryum, et sa capacité à émettre des rayonnements, que les savants appellent désormais "radioactivité", est considérable. Pierre Curie, Marie Curie et Gustave Bémont, qui signent la découverte de ce nouvel élément, proposent de l'appeler "radium".
Cette nouvelle découverte (...) vaudra à ses auteurs une notoriété sans égale. Comme nous le verrons [plus tard] celle-ci sera due notamment aux propriétés extraordinaires, presque miraculeuses, du radium.
» (René Bimbot, Histoire de la radioactivité, Paris, Vuibert/Adapt, 2006, p. 20-21)

Marie Curie et Pierre Curie

Partager cet article

Repost 0
Published by Q. - dans Marcher
commenter cet article

commentaires

big babar 21/10/2007 22:29

poulet au cury^^...

Qadri Jean-Philippe 22/10/2007 00:08

Pierre, ne me force pas à me répéter s'il te plait. Voir Rhododendrons, notations et pseudonymes