Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCSI : un autre regard
  • PCSI : un autre regard
  • : Aborder les domaines de la physique enseignés en Math Sup. Donner sa place à des promenades littéraires. Rêver et sourire aussi (parfois même avant tout), parce que c'est tout bonnement bon et nécessaire :-)
  • Contact

Bertran de Born

Archives

3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 10:52


Bien lire l’article de J.-M. Lévy-Leblond ainsi que celui de Roland Lehoucq.


Tout en poursuivant les recherches sur les questions posées il y a quinze jours, vous devez également réfléchir à ces questions complémentaires :


(1)

Tous les matériaux solides sont une résistance limite à la pression : si on la dépasse, ils deviennent fluides. Cette limite implique que les montagnes ne peuvent dépasser une certaine hauteur maximale : si une montagne est trop haute, son propre poids causera la « liquéfaction » de sa base, et elle s’affaissera.

La pression maximale que les silicates peuvent supporter est d’environ 6 500 bars pour une masse volumique d’environ 2 600 kilogrammes par mètre cube. Evaluer la hauteur maximale qu’une montagne de cette composition peut atteindre à la surface de la Terre.


(2)

Les montagnes les plus élevées sur Terre atteignent une hauteur de 10 km — la plus haute montagne de la Terre depuis sa base est le Mauna Kea qui fait 10,2 km de haut.

Comment expliquer la différence entre ce chiffre et la hauteur maximale calculée précédemment ?


(3)

Les lecteurs de Dan Simmons ( Hypérion, 1989) et quelques autres savent que la montagne la plus élevée à la surface de Mars est le mont Olympus qui fait 25 km de haut.

Justifier cette différence de taille avec celle mesurée sur Terre ?


(4) Différentes sources mentionnent la taille minimale que doit avoir un objet planétaire pour être sphérique. Ainsi, sur le site d’un club d’astronomie, nous pouvons lire :


« Les plus gros astéroïdes connus de la ceinture sont Cérès, découvert en 1801 avec 1 200 km de diamètre, Pallas (600 km) et Vesta (550 km). Ce sont les seuls à avoir un diamètre supérieur à 500 km, donc les seuls à avoir une géométrie quasiment sphérique. En effet, à partir d'un diamètre de 500 km, un astre rocheux peut prendre une forme sphérique. La masse de l'astre est suffisante pour exercer une force de gravitation supérieure aux forces de cohésion de la matière. La matière se répartit donc naturellement en boule sous l'action de son propre poids. En dessous de 500 km de diamètre, les astéroïdes comme Gaspra (15 km) ou Ida (56 km), observés en 1991 par la sonde Galileo, présentent des formes beaucoup plus irrégulières. »

Justifier la limite inférieure de 500 km (qui est un ordre de grandeur) comme rayon minimal que doit avoir un astéroïde ou autre objet planétaire pour être à symétrie sphérique.


Repost 0
Published by Qadri Jean-Philippe - dans TIPE
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 19:40
Voici trois documents pour compléter vos recherches actuelles sur les exoplanètes en cours de TIPE.
Les fichiers étant lourds, enregistrez-les sur votre poste avant de les lire.
* Documents 1 et 2 (~8Mo) : PDF-logo
 
* Document 3 (~20Mo) : PDF-logo

* vous aurez besoin du mot de passe pour les ouvrir.
Repost 0
Published by Qadri Jean-Philippe - dans TIPE
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 12:34

L'énoncé est à confirmer officiellement par le Ministère, mais il ne devrait pas y avoir de grandes différences avec l'énoncé actuel que vous pouvez télécharger ici : icon_pdf

Vous pouvez donc dès maintenant :

* bien lire le thème du TIPE 2009
* comprendre ce qu'on vous réclame (j'ai essayé de mettre en évidence certains "petits mots" de l'énoncé qui ont de l'importance pour orienter votre choix et votre démarche)
* rechercher des idées et des références sur le (vaste) thème de l'Information
* vous mettre en recherche d'un sujet personnel qui entre dans le cadre du thème, et qui sera assez "solide" (porteur, riche, abordable...) pour être développé l'an prochain (et achevé à la fin de l'année de Spé).
Repost 0
Published by Qadri Jean-Philippe - dans TIPE
commenter cet article
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 12:29
 

(I) Recherche principale : Conditions physiques d’habitabilité d’une planète ?

 

Des considération très « simples » et purement physiques concernant l’interaction gravitationnelle et l’interaction électrostatique permettent d’établir que pour que la vie existe sur une planète typique, le nombre de particules qui la constituent doit être de l’ordre de 10 puissance 54, sa masse de l’ordre de 10 puissance 27 kg et de diamètre de l’ordre de 100 000 km.

 

Trouver le détail complet de ce calcul.

 
 

Quelques indices : Le héros de Joseph Shuster et de Jérômer Siegel ainsi que l’astéroïde 216 peuvent vous aider.

 
 

(II) Recherche complémentaire :

 

(1) Dans vos recherches vous allez rencontrer les noms de deux physiciens français contemporains (initiales R. L. et J.-M. L.-L.) :

 

Pour chacun d’eux, faire une bibliographie exhaustive des documents accessibles en ligne ou au CDI dont ils sont les auteurs.

 

(2) Dans l’article de J-M. L.-L. utile au (I) il est question du « principe numéro zéro » de la physique ?

 

A l’aide de ce principe, un certain Geoffrey I. Taylor a établi un résultat remarquable dans les années 1950. Trouver ce dont il s’agissait ainsi que le développement complet de son calcul.

Repost 0
Published by Qadri Jean-Philippe - dans TIPE
commenter cet article